Forum de l'association Péliade

Le lieu de discussion des terrariophiles bretons
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 capacité de régénération chez la salamandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ramsès
Adhérent
avatar

Messages : 1315
Date d'inscription : 05/03/2008
Age : 43

MessageSujet: capacité de régénération chez la salamandre   Ven 22 Aoû - 13:51

L'étonnante capacité de régénération de la salamandre

Dans son laboratoire à l'Université Laval, Pierre Savard étudie les salamandres. Il possède une colonie de plus d'une centaine d'individus dispersés dans 24 aquariums. C'est l'espèce la plus évoluée qui a gardé intacte une étonnante capacité de régénération. On coupe la patte de l'animal : elle repousse sans laisser la moindre cicatrice. Un vrai miracle! Et qu'en est-il de l'être humain? Pourrait-on réveiller un jour son pouvoir de régénération?

La salamandre est un animal étrange. Sur terre, elle se promène allègrement à l'aide de ses courtes pattes. Dans l'eau, c'est un vrai poisson.

Pour Pierre Savard, biologiste à l'Université Laval, le plus grand mystère de la salamandre, c'est son étonnante capacité de régénération. On coupe une patte à la salamandre, elle repousse. Dans quatre mois, rien n'y paraîtra. Aucune cicatrice. Un vrai miracle.



« La salamandre, si vous voulez, est un vertébré, nous dit Pierre Savard . Donc, elle est le seul vertébré qui peut faire de la régénération épimorphique, c'est-à-dire qui peut régénérer des structures complexes, un bras, une jambe. C'est l'animal le plus proche de l'homme qui a gardé la capacité de régénérer. »

Et cette capacité étonnante ne se limite pas à ses membres : « Les différents territoires que l'on connaît, qui sont connus, sont les membres avant, les membres arrière, la queue dans sa totalité, la crête dorsale qui peut accueillir n'importe quelles structures que je vous ai mentionnées et qui va permettre la régénération de la structure, les yeux, le museau, une bonne partie du museau supérieur et inférieur, nous explique M. Savard. »

Comment la salamandre réussit-elle un pareil exploit? C'est ce qu'essaie de comprendre Pierre Savard. Il garde dans des aquariums plus d'une centaine de salamandres. Il vérifie comment la régénération se produit. Quant à la salamandre, elle ne fait pas beaucoup de cas de la perte d'une patte. Lors de l'opération, l'animal est anesthésié. Il ne ressent aucune douleur.



« Deux heures après l'amputation, si on offre de la nourriture à la salamandre, elle va la prendre. Elle va se nourrir adéquatement. Le lendemain, elle va continuer à se nourrir. En aquarium, elle a un comportement tout à fait normal. Elles se tiennent en groupe. Donc, si on veut classer le niveau d'inconfort que procure l'amputation de la salamandre, on peut dire que c'est un niveau d'inconfort assez bas. Elle marche sur ses moignons. Elle utilise les moignons comme des cannes. Elle marche sur le bout de ses moignons une journée après qu'elle ait été amputée. »

Après un début de coagulation, certaines cellules se transforment. Elles redeviennent des cellules embryonnaires, des cellules capables de se développer comme les cellules d'un embryon.

« Immédiatement après l'amputation, il y a un saignement et une coagulation. Durant le premier 24 heures, il y a recouvrement de la plaie par l'épiderme. Il y a une interaction entre l'épiderme et le caillot sanguin pour réactiver les cellules du moignon et les amener ensuite dans le cycle cellulaire. Les cellules du moignon maintenant se dédifférencient, se divisent et forment des cellules progénitrices qui vont reconstruire la partie perdue. »

Au bout du moignon, un bourgeon de ces cellules apparaît. En se multipliant, elles forment de nouveaux tissus; de la peau, des muscles, des os et des nerfs. Peu à peu, la patte se forme. Après quatre mois, la nouvelle patte est pleinement fonctionnelle. Et la salamandre sait très bien ce qu'elle doit régénérer.

Donc, la cellule sait ce qu'elle a à faire. Elle sait également d'où elle vient. Donc, on parle ici de l'information de position. Elle a une mémoire positionnelle qu'elle a hérité des cellules du moignon.

Pierre Savard essaie de comprendre les messages moléculaires qui déclenchent la régénération et indiquent aux cellules quoi fabriquer. Une autre interrogation : pourquoi la salamandre régénère et pas l'être humain?



« Chez l'adulte, la salamandre utilise, pour régénérer, les mêmes mécanismes qui ont été utilisés pour former le membre au niveau embryonnaire. Donc, si on pense à l'humain, celui-ci a formé un bras. J'ai formé un bras, je possède donc les mécanismes pour former un bras. Mais maintenant ces mécanismes sont éteints, silencieux. Je ne suis plus en phase de développement. Je crois que le but ultime des chercheurs qui travaillent sur la régénération sur la salamandre, c'est de pouvoir un jour être capable de réactiver des processus régénératifs chez l'homme. »

Mais est-ce que l'homme a vraiment perdu ses capacités de régénération? Ces capacités, on les retrouve intacts chez l'embryon humain. Après la naissance, sont-elles vraiment éteintes?

Le Dr François Auger travaille depuis des années à donner un coup de pouce aux capacités régénératrices du corps humain. Selon lui, tout n'est pas perdu : « Les seuls exemples connus de régénération chez l'être humain d'un tissu complexe, et non pas seulement d'un organe comme le foie, sont constatés chez des enfants très jeunes, de moins de 30 jours, ce que l'on appelle un nouveau-nés, qui se sont coupés la dernière phalangette. La dernière phalangette est votre dernier petit bout de doigt où il y a votre ongle. Et il y a des cas d'enfants qui ont eu la phalangette sectionnée par un coup de couteau ou par une portière ou quelque chose. Et dans les jours qui ont suivi, la réapparition de ce bout de doigt s'est faite de façon complète. Pendant longtemps la communauté médicale a douté de ces histoires en disant qu'il s'agissait d'histoires de bonnes femmes mais il y a eu des articles avec photos à l'appui qui ont démontré que c'était possible. »

Le Dr François Auger dirige le Loex, le laboratoire d'organogénèse expérimentale de l'Hôpital du Saint-Sacrement de Québec. C'est un pionnier dans la recherche sur la culture d'organes. Tous les jours, on y cultive in vitro de la peau pour les grands brûlés. En laboratoire, on essaie de ranimer les capacités endormies de régénération de l'être humain : « Les événements des dernières années nous démontrent que l'on est capable de les réveiller. Je veux dire que l'on a été chercher les cellules souches, c'est-à-dire, les cellules usines. On les a trouvées dans le foie, on les a trouvées dans le cerveau comme je vous l'ai dit, on est en train de les trouver dans l'œil. On les a trouvées dans la peau. Alors, si on a retrouvé la cellule usine, on peut réveiller son pouvoir de régénération. »

Donc, deux voies s'offrent à l'être humain pour récupérer ses capacités perdues de régénération. D'abord les cellules souches. Actuellement c'est la voie royale de la régénération chez l'humain. On pourrait à partir de ces cellules usines fabriquer en laboratoire des pièces de rechange et les greffer par la suite au malade. C'est la stratégie qui devrait aboutir le plus rapidement.

« Mais d'ici 5 à 10 ans, ce n'est pas impossible que l'on voit apparaître sur le marché des pièces de rechange supérieures à la pièce d'origine pour l'être humain, nous dit le Dr Auger. Et ce sera non seulement révolutionnaire de mettre une pièce de rechange mais avec une pièce de rechange, ça veut dire que vous allez vivre plus longtemps et que vous allez vivre mieux. »

Et il y a la méthode « salamandre », où la régénération se ferait sur place en réveillant des gènes endormis. Ici, il faudra être plus patient.

« On est à l'ère postgénomique où on a une vision globale sur les mécanismes cellulaires. On a une vision globale sur les mécanismes qui régulent les organes. Maintenant, on commence seulement à jouer avec l'alphabet. Lorsque l'informatique nous aidera de manière plus efficace, pour pouvoir nous accompagner d'une façon peut-être plus appropriée, j'ai l'impression que nous obtiendrons de plus en plus de réponses. C'est une ère pour les biologistes. Le monde est ouvert, conclut Pierre Savard. »

Du fond de son aquarium, la salamandre n'a pas donc fini de nous livrer ses secrets.





* Sources radio-canada / Journaliste : Claude D'Astous

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
capacité de régénération chez la salamandre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ration chez la chevres
» Maley chien Corse, Opération du fémur.
» eponge
» Chat qui hurle et crache après le veto : HELP !
» abcès dentaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'association Péliade :: Espace privé :: Espace pédagogique :: information sur les reptiles-
Sauter vers: